Projets en partenariats

PROJETS EN COURS

  • Projet été solidaire (annuel)

Depuis 1994, l’opération « Eté solidaire, je suis partenaire » promeut la solidarité auprès des jeunes à l’égard des citoyens.

Chaque année, en juillet et août, des jeunes de 15 à 21 ans, réalisent une multitude de tâches visant à aider des personnes âgées, à mobilité réduite, isolées, réfugiées, défavorisées…

La Wallonie subventionne l’engagement de ces jeunes, sous contrat d’étudiant, durant 10 jours ouvrables, à raison de 7€/heure.

Pour beaucoup des jeunes engagés, c’est une première et précieuse expérience de travail qui les initie à la solidarité.

L’appel à projet est réalisé par l’administration communale de Saint-Georges, il est encadré par le personnel de la voirie de la commune. Les animateurs de la MJ viennent renforcer tout se beau monde afin d’amener un encadrement pédagogique avec les jeunes jobistes.


  • Projet JJP8 2020 :

Projet de sensibilisation autour des modes de vies alternatifs et des enjeux de la transition.

Le projet Jeune Porteur de Paroles est une collaboration de la MJ de Saint-Georges avec des associations de jeunesse partenaires de Liège, Verviers et Bruxelles. 32 Jeunes /10 animateurs.

Un max d’activités en rapport avec la nature : balade en vélo, à pieds, jeux dans les bois, jeux en extérieur, fabrication de produits et recettes nature, on va apprendre à faire du feu à mains nues, activités en soirée (blind test, jeux de société, karaoké, film, réalisation d’un reportage audiovisuel, création d’un fanzine…) + des visites (endroits à confirmer mais on a parlé du musée du circuit de Francorchamps par ex).

Prix : 30€ comprenant le résidentiel + 5€ la carte de membre et l’assurance, les activités, les transports et l’accompagnement H24 des animateurs.


  • Projet Platines et Darboukas : plusieurs éditions

Ce projet est porté par le C-Paje.

Le C-paje est une Organisation de Jeunesse qui se consacre, depuis plus de 40 ans, à la formation, à l’animation et à la mise en réseau d’acteurs et de structures du monde de l’animation et de l’éducation. Au C-paje, nous considérons la créativité comme une posture dans laquelle tout un chacun peut se tenir, pour prendre du recul et jeter un regard neuf sur la société qui l’entoure. Les techniques créatives mises en place permettent de travailler collectivement la question du sens et de développer l’imaginaire. L’objectif : permettre l’émergence d’une vision du monde juste, solidaire et ouverte.

Depuis plus de 3 ans, 60 jeunes d’origines diverses se sont réunis autour d’un projet intitulé « Vert l’Avenir » et de son prolongement musical « Platines & Darboukas ».

> Ils y ont créé des liens, déraciné des préjugés, construit des espaces verts collectifs et créatifs. Ils y ont traduit leurs cultures en mouvements dansés, chantés et joués.

> Un projet au long cours qui a réuni le C-paje et la Croix-Rouge de Fraipont, la Croix-Rouge de Manhay, l’IPPJ Fraipont, l’IMS de Cerexhe-Heuseux, l’asbl Tabane et la MJ Saint-Georges.

Ce projet a pour but de mixer les différentes cultures par le biais du chant, de la danse et de l’écriture de texte tel que le RAP.

Pour l’année 2019, Platines et darboukas, deuxième édition ! Cette fois les 20 jeunes participants au projet ont préparé un spectacle vivant fait de danse, de chant, de textes et évidemment de musique. Le tout a été présenté à la Fête de l’Été de Nessonvaux le 26 juin 2019. Une réussite sur le plan artistique mais aussi et surtout sur le plan humain. Nous avons accueilli une centaine de personnes. Il y avait divers activité et un barbecue offert jusque 16h. A la suite de ces activités le petit spectacle et la réalisation des jeunes. Tout s’est passé dans la convivialité et la joie. C’était une expérience magnifique et très enrichissante pour nos jeunes et c’est avec grand plaisir que les jeunes sont demandeurs de participer à l’édition prochaine. J

Les jeunes ont pu créer des liens fort tout au long du projet, leur permettant ainsi de composer ensemble et dans le mélange des diverses cultures qu’ils portent.


  • Futur²   Partenariat avec le C- Paje .

La finalité du projet est donc la diffusion d’un ensemble de créations réalisées par les jeunes participants au projet, qui concernent la thématique de la peur de l’avenir chez les jeunes d’aujourd’hui. Afin de parvenir à cela, différents dispositifs s’articulent et sont mis au service des partenaires :- Un dispositif de formation à destination des animateurs- des temps de réflexion et de création avec les jeunes dans chaque association- des activités collectives à destination des publics de jeunes des associations partenaire

– La diffusion des réalisations

– Deux intensités de partenariat (1 et 2) permettront aux partenaires de participer au projet en fonction de leurs réalités respectives.


QUELQUES PROJETS MENES LES ANNEES PRECEDENTES

  • La Censure au cinéma (2017)

En 2017, un projet inter-MJ (MJ Waremme, l’Atel’Yé) en partenariat avec le Centre d’Action Laïque de Waremme (CAL) a été mené

Contexte

« La censure est la limitation arbitraire ou doctrinale de la liberté d’expression de chacun. » (Wikipédia)

Historiquement, la censure s’applique depuis l’Antiquité romaine sur divers textes et idées et grands penseurs, mais de grands événements tels les interdits jetés par l’Inquisition au Moyen Âge, les autodafés organisés par les Nazis ou encore la censure imposée sur certains sites internet dans divers pays asiatiques nous montrent que la problématique de la censure a passé les siècles et existent encore aujourd’hui.

La censure fut imposée tantôt par l’Église, par l’État ou encore l’armée.

Le cinéma n’y a pas échappé, et ce dès son origine.

Moins présents aujourd’hui qu’il y a quelques décennies, il n’est pas rare encore de voir des interdits imposés dans certains pays.

Le sexe et la politique sont les deux premiers thèmes visés. Bandes blanches, scènes coupées ou limitation d’âge apposée par un comité de censure permettent alors de rendre certains films visibles de « tous ».

Les affiches de cinéma sont elles-mêmes parfois censurées bien avant la sortie du film en salle. Le sexe (encore) mais aussi la religion, la violence mais parfois simplement la présence d’une cigarette sont autant de critères de censure.

Le projet

Le projet a porté donc sur la réalisation d’œuvres graphiques inspirées par des affiches de cinéma censurées à différentes époques.

Celles-ci nous permettraient d’aborder la liberté d’expression à travers le temps mais aussi à travers les pays et les cultures.


  • Saint-Georges s’envisage (2016)
stg100visages - logo rouge

L’ASBL Maison des Jeunes de Saint-Georges, avait le souhait de réaliser des actions collectives transversales avec et par l’intervention des jeunes, en vue d’une participation citoyenne avec comme enjeu l’amélioration de l’image des jeunes en garantissant une réaffirmation des identités et missions propres des partenaires. En lien avec les pratiques socioculturelles de notre association, nous désirions développer un ensemble d’actions collectives en suivant les méthodes et valeurs de l’éducation permanente.

Nos objectifs étaient de promouvoir, par l’action des jeunes, l’accès aux pratiques socioculturelles présentes à Saint-Georges qui, à l’heure actuelle, restent méconnues et de susciter le questionnement et la participation citoyenne du plus grand nombre afin d’améliorer l’image des jeunes de Saint-Georges. L’importance était de remettre la culture au cœur du village. La culture pour tous, là où elle a du sens, c’est-à-dire où les gens habitent. La rencontre d’un village avec lui-même.

Le projet « Saint-Georges s’envisage » avait comme ambition première de réunir des habitants de la commune autour d’ateliers créatifs et artistiques unis par une même finalité d’expression citoyenne : la mise en place d’une exposition collective et participative dans l’espace public, et plus précisément, à Stockay, cœur historique de Saint-Georges en mutation. L’exposition a eu lieu du 18 juin au 19 septembre.

Globalement, cette première mise en place du projet « Saint-Georges s’envisage » et l’aboutissement d’un tel partenariat sont, pour les porteurs du projet, satisfaisants, au vu de la dynamique mise en place : des activités variées, des publics variés et plus larges que ce chaque partenaire peut toucher en temps normal, une action visible et engagée sur le territoire, etc. Enfin, les participants ont pu émettre le souhait de donner une suite au projet, avec une demande pour un accompagnement plus long pour l’avenir : il s’agit d’un indicateur intéressant également et qui montre que le projet offre des perspectives.

Pour la MJ, ce projet collectif a contribué à renforcer la participation des jeunes, a tissé des liens dans un projet intergénérationnel et transversal mélangeant les publics ; Le fait de rassembler plusieurs associations de jeunesse et de renforcer la dimension de partenariat et le travail en réseau nous a permis premièrement de mieux se connaître et d’affirmer nos identités au niveau de la politique local de jeunesse ; Exposer dans l’espace public nous a donné une certaine visibilité dans nos actions mais a également réaffirmer nos identités. Certains participants ont tout simplement découvert la MJ ou pour ceux qui la fréquentaient déjà, ont observé ses différentes facettes qu’ils ne connaissaient pas. Ce projet a favorisé l’accès à la culture pour tous.

Pour le Centre culturel, ce projet contribue au développement d’une action d’éducation populaire plus conséquente, comparativement aux actions déjà menées (plus ponctuelles et de l’ordre de la transmission avant tout). C’est prendre une place sur la carte de la commune, parmi les opérateurs reconnus et favoriser des collaborations de manière plus approfondie et pérenne ; Améliorer l’image du Centre culturel auprès de la population ; Retisser les liens intergénérationnels ; Favoriser l’accès à la culture et aux droits culturels.

Ce projet collectif de création a donc rassemblé 21 participants au départ dont 16 jeunes pour 4 ateliers animés par des vacataires de la MJ sauf pour l’atelier photo, animé par les coordinateurs du projet Renaud Grigoletto (CC) et Marie Colpin  (MJ)

2015-2016 Saint-Georges s'envisage Affiche final
stg100visages - appel affiche (adultes)

Un groupe Facebook avait été créé pour faciliter les échanges entre tous les participants au projet.

Une page Facebook officielle existe toujours: https://www.facebook.com/saintgeorges100visages

Un blog: http://saintgeorges100visages.tumblr.com/


  • La BIP 2016

Participation à la Biennale Internationale de la Photographie et des Arts visuels de Liège avec notre atelier photo et celui de La Bicoque


  • La BIP 2014  » Pixels of Paradise- images et Croyances » 

Nos jeunes se sont exposés à la BIP aux côtés de professionnels!!!!

Leur exposition « Au-Delà » : http://bip-liege.org/expositions/fmjbf-2/

Blog du projet au delà: http://au-dela-bip.blogspot.be/